Tourisme : L’insolite a le vent en poupe

2 juillet 2012

Yourtes, roulottes, tipis, cabanes… Les hébergements insolites ont le vent en poupe partout en France. Au pied des volcans, les initiatives originales ne manquent pas.

La tendance de l’insolite ne date pas d’hier. Elle est apparue il y a une dizaine d’années avec les développements des courts séjours, qui aujourd’hui dépassent les longs en terme de volume. Or, partir moins longtemps, c’est souvent partir moins loin… Fleurant le bon filon, les hôteliers se sont creusés la tête pour attirer ces touristes " de proximité ". Comment ? En proposant des hébergements atypiques, originaux, innovants. Les yourtes, les roulottes, les cabanes dans les arbres ont alors fait leur apparition. Non sans succès…

" Nous avons ouvert en 2006. A l’époque nous étions précurseurs, mais le concept continue de fonctionner, puisqu’en 2011 nous avons enregistré environ 5000 nuitées ! " se réjouit Marc Dietschi, responsable du " Domaine des Grandes Côtes " à Target dans l’Allier. Composé d’une dizaine de roulottes de campagne et autant de yourtes contemporaines, le parc affiche un taux moyen d’occupation de 90 à 95 % en été. L’hébergement ne fait pas tout : restaurant, piscine, espace bien-être… L’hôtelier a su se faire un nom en proposant de nombreux services annexes.

Autre produit tendance : les cabanes dans les arbres. A Saint-Gervais-d’Auvergne, dans un " site unique en France ", les personnes en mal d’originalité peuvent dormir… au milieu des branches, à quelques mètres au-dessus du sol. Complet l’été, moins hors saison, le concept a rapidement trouvé preneur. " Le week-end, nous n’avons pas de places avant octobre ! Nous avons une clientèle de passage et une autre plus fidèle, qui vient pour couper les ponts avec la société. C’est cet état d’esprit, cet idéal de vie, que nous défendons " souligne Michel Portier, le responsable.


L’insolite devenu banal

Problème : ces initiatives ont fait des petits. Tant et si bien que l’habitat " nomade " (yourtes, roulottes, tipis…) a fini par se banaliser. " Depuis trois ou quatre ans, c’est de moins en moins insolite " confirme Guilhem Poncy, chargé des investissements et des opérations " immobilier de loisirs " au CRTDA (Centre Régional de Développement Touristique d’Auvergne). Autre aspect négatif : la fausse authenticité de certains hébergements. La plupart des roulottes ne roulent plus, et les yourtes dîtes " contemporaines " n’ont absolument plus rien de mongol. " Pour moi, ce sont des attrape-nigauds " confie un touriste lyonnais rencontré dans le Sancy, adepte du label " Gîte de France ". Sans compter que les hébergements insolites ont globalement du mal à fidéliser leur clientèle : on teste, on raconte à ses proches… mais on ne revient pas forcément. " Il existe un battage médiatique important autour de ces hébergements, peut être en décalage avec les résultats économiques " analyse Christian Pommier, président de la fédération régionale de l’hôtellerie de plein air. Dans le métier depuis 30 ans, il n’imagine pas investir à grande échelle dans des yourtes et des roulottes. Et pour cause : les premières doivent être démontées pour passer l’hiver (" un travail monumental ") ; et les secondes ne sont pas suffisamment confortables passer pour quinze jours ou trois semaines en famille.


Des éco-lodges à Pontgibaud

Une réalité qui pousse les structures existantes comme les porteurs de projets à sortir des sentiers battus. Moulin, pigeonnier, ancien buron… Certains ont l’imagination débordante ! Un projet d’hébergement au milieu d’un lac serait même dans cartons. Autre exemple : à Sermentizon, Laurent et Marianne Strach ont su respecter l’utilisation originelle des roulottes. Eleveurs (entre autres) de chevaux de traits, ces agriculteurs proposent de véritables balades à bord de ces véhicules d’un autre temps. Le confort est certes plus rudimentaire, mais la saveur nettement plus authentique : " Ce sont de vraies roulottes gitanes que nous avons restaurées, pas des mobilhome en forme de roulottes " insiste la propriétaire des lieux, très attachée à cette tradition.

Direction Saint-Pierre-Le-Chastel, à deux pas de Pontgibaud : tombé amoureux du hameau de Tournebise, Lionel Tixier y a créé récemment un concept d’hôtel restaurant unique en son genre. Plutôt que de transformer l’ancien corps de ferme, il a décidé d’" externaliser " les chambres, qui sont devenues des petites maisonnettes en bois dispersées autour du bâtiment principal. " C’était moins compliqué et plus sympa " sourit le créateur de " Volca’Lodges ", au taquet depuis l’ouverture début mai.

Plus qu’un toit, c’est l’expérience insolite que semblent rechercher désormais les néo-touristes. Séjours avec cours de cuisine, location de 2CV, cueillette de plantes aromatiques… Les initiatives originales ne manquent pas dans la région. C’est précisément ce que cherche à promouvoir le service de presse auprès des médias français ou étrangers. " Les journalistes nous demandent souvent ce qu’il y a de neuf, de nouveau. On essaie de leur faire découvrir des choses qui changent un peu " souligne Aurélia Peronnet, chargée de communication au CRDTA. Et pour beaucoup d’urbains pressés, ce qui change du quotidien, c’est le calme, le plein air, les grands espaces. Le dispositif régional " Nattitude ", néologisme pour " nature attitude " s’inscrit dans cette logique. Et si finalement, c’était ça des vacances insolites ?

Emmanuel THEROND

Plus de photos

Trouvez votre hébergement ! Il existe de nombreux sites qui référencent les hébergements insolites. Voici quelques pistes pour trouver des idées… http://www.hebergement-insolite.com/ ; http://www.insolithome.com/ ; http://www.fubiz.net/?s=hotel&type=posts ; http://goglamping.net/
Crédit photo : Info Magazine